Exploration Musicale – Dark Folk

La musique fait partie intégrante de ma vie, j’en écoute du lever au coucher, quand j’écris et quand je n’écris pas, tout le temps. Mes influences sont nombreuses et variées, mais comme vous pouvez vous y attendre en découvrant mon univers artistique, elles sont plutôt sombres (avec quelques exceptions et lubies passagères, je l’avoue).

Je souhaitais partager avec vous quelques artistes que j’aime beaucoup, et je commence par un style musical qui me parle tant : le Dark Folk. Au début je pensais vous parler d’un ou deux artistes, avant de réaliser, grâce à Wikipedia, que pas mal de groupes que j’adore explorent ce registre musical, à un niveau ou l’autre (souvent en mélangeant à du Doom Metal, que j’apprécie immensément aussi).

De toute façon, je ne suis pas adepte des genres bien définis, je suis surtout sensible à l’émotion que me fait vivre un artiste plus qu’à son label.

Chelsea Wolfe

Tout d’abord, la chanteuse qui m’a plongée cœur et âme dans son univers sombre et mélancolique, qui mélange des guitares saturées, un son industriel, lourd et oppressant, à une voix éthérée et somptueuse.

Chelsea Wolfe, pochette de l'album Hiss Spun
Pochette de l’Album Hiss Spun

Sa musique tremble de désespoir, à ma fois née de l’urbain et d’ailleurs. Elle évolue d’ailleurs entre les albums, certains sont très grinçants, mais son tout dernier est beaucoup plus folk.

Plongez sans hésiter, c’est l’essence de ce Dark Folk que j’aime tant !

Darkher

Une rencontre très récente, avec des sons qui me font vraiment penser à ce que peut faire Chelsea Wolfe. L’énergie est similaire, mais différente à la fois, avec un côté profond dans le son, sans doute moins saturé.

Il n’y a qu’un seul album à ce jour, sorti en 2016, mais je ne peux que vous conseiller de vous y plonger également.

Empyrium

Empyrium… Cette fois on change un peu d’énergie, mais en conservant la mélancolie. La guitare peut parfois être acoustique (ce qui est aussi vraie dans les derniers Chelsea Wolfe), des instruments à vent s’invitent aussi, tout comme des choeurs.

Certains albums sont plus metal (mais un metal doux que celles et ceux que la mention de cette grande maison rebutent peuvent écouter), d’autres s’en éloignent.

Cette musique m’aura énormément inspirée et m’aura beaucoup accompagnée dans l’écriture comme dans le jeu de rôle, triste et belle à la fois.

The Devil and the Universe

Avec un album qui s’appelle Folk Horror, ce groupe ne pouvait que figurer dans cette liste, même si musicalement c’est très différent des autres musiciens de cette page.

Cette fois les sons sont beaucoup électroniques, il n’y a pas toujours de chant, et le travail est avant tout sur l’ambiance, qui n’est pas sans rappeler des films d’horreur comme The VVitch.

Un groupe étrange et qui provoque un tendre malaise, que j’ai découvert grâce à Louise Le Bars.

Kesys

Voici un groupe français, de la région de Bordeaux, dont la musique douce et très instrumentale me parle beaucoup. Il n’y a plus le côté saturé qu’on peut retrouver dans les premiers titres que je vous ai montrés, la mélancolie de la musique s’exprime très différemment.

Je ne sais pas s’il s’agit à 100% de dark folk. Ce terme, comme tous ceux qu’on trouve en musique, n’est de toute façon là que pour s’orienter dans le choix des groupes, mais ne représente jamais une définition (j’ai horreur des cases).

Voilà pour ce petit tour d’horizon.

Et vous ? Avez-vous des coups de cœur dans ces énergies à partager et à faire découvrir ?

PS : il y a des liens vers YouTube dans cet article et il arrive parfois qu’une vidéo soit supprimée et le lien mort. N’hésitez pas à m’informer si c’est le cas, je n’ai pas d’alerte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.